Janus, le dieu aux deux visages

Ce choix peut surprendre, pour un premier article sur la mythologie romaine, mais cela a un sens.

Tout d’abord, l’idée de cet article est venue d’une conversation au Nouvel An, un ami d’une amie qui avait décidé de se faire appeler ainsi. Je ne connaissais pas du tout Janus, et ça a été pour moi l’occasion de découvrir ce dieu. Puis, en faisant mes recherches, j’ai constaté qu’il était, entre autres, le dieu du commencement, alors j’ai trouvé qu’il était particulièrement adapté.

Janus est un dieu exclusivement romain, protecteur de la ville de Rome. Il est souvent associé à Vesta (déesse des foyers) et Saturne (Chronos dans la mythologie grecque).

Janus

Buste de Janus (musée du Vatican)

Origines

Les origines de Janus sont troubles : différents auteurs se disputent l’endroit de sa naissance et son statut véritable, de prince grec à demi-dieu, mais il est certain qu’il venait de Grèce, et qu’il n’était pas un dieu du panthéon grec. Il prépara une flotte, se rendit en péninsule italique, alors occupée par différents peuples, et conquit entre autres le Latium (où vivaient les Latins, futurs Romains). Il y fonda la ville de Janicule.

Lorsque Saturne fut déchu et que son fils Jupiter prit la tête du panthéon romain, il chercha refuge et le roi Janus l’accueillit avec hospitalité. Ils s’associèrent pour régner sur le Latium, apportant prospérité et richesse au pays. En mémoire de cet Age d’Or, on fêta longtemps les Saturnales, trois jours de Décembre où tous étaient égaux, sans rang d’esclave ou de maître, dans l’abondance.

Je n’ai trouvé aucune information sur comment il est devenu un dieu, mais je manque de sources sûres. Toujours est-il qu’à l’époque romaine, il était devenu un dieu puissant, de premier ordre dans la mythologie romaine, à l’égal de Saturne et de ses fils.

L’étymologie la plus courante de Janus vient du latin ianua (portes) et ianitor (portier).

Les deux visages

En remerciement de son hospitalité, Saturne offrit à Janus un don précieux : celui de voir le passé comme l’avenir. C’est pour cela qu’il est représenté avec deux têtes regardant dans deux directions opposées. On l’appelle alors Janus bifrons (deux têtes, en latin). L’une de ces têtes était barbue et l’autre imberbe, représentant la dualité Soleil-Lune. Mais, avec le temps, les deux têtes devinrent barbues.

Les devins qui en référaient à ce dieu, les janides, pouvaient lire l’avenir dans les entrailles d’animaux sacrificiels.

Il est également le dieu des portes et des fenêtres, qui s’ouvrent à la fois sur l’intérieur et sur l’extérieur, qui s’ouvrent et qui se ferment, et correspondent donc parfaitement à la dualité de Janus. En cela, il est avec les Heures le gardien des Portes Célestes, ses deux visages lui permettant de surveiller l’ensemble de l’univers sans bouger.

D’ailleurs, à Rome, son temple principal avait la particularité d’ouvrir ou de fermer ses portes selon que Rome était en guerre ou non : en temps de guerre, ses prêtres ouvraient les portes pour signifier que Janus était parti au combat pour protéger son peuple, et en temps de paix, les portes étaient fermées, parce que le dieu était de retour chez lui. Par extension, il devint donc le dieu protecteur de la ville et un des dieux de la paix.

Janus quadrifrons

Plus tard, Janus fut parfois représenté avec quatre visages. Il était alors la représentation des quatre saisons, et donc du cycle de l’année, présent à son commencement et à sa fin. Par extension, il devint le dieu des commencements :

  • il préside encore aujourd’hui au début de l’année, puisque Janvier porte son nom. Il présidait à chaque début temporel : premier mois de l’année, premier jour de chaque mois, première heure de chaque jour, et bien sûr le début de la vie ;
  • il était souvent le dieu appelé en premier lors des cérémonies, même celles concernant d’autres dieux, plus importants ou non.

Représentations et interprétations de Janus

Protecteur de Rome, Janus était présent un peu partout dans la ville. En plus du temple principal qui lui était consacré (celui aux portes qui s’ouvrent en temps de guerre), on avait consacré, au delà de la porte du Janicule, douze temples à Janus, un pour chaque mois de l’année.

On trouve aussi certains temples consacrés spécifiquement à Janus quadrifrons, comme la célèbre Arche, à Rome :

Temple Janus Quadrifrons

L’Arche de Janus Quadrifrons, aux quatre arches

Dans le domaine littéraire, Ovide a consacré le premier livre des Fastes, qui correspond au mois de Janvier, à ce dieu. Il y identifie Janus comme étant le Chaos originel des grecs. Lorsque ce chaos se sépara pour former les quatre éléments primitifs (terre, air, eau, feu), il en émergea un dieu, Janus, dont le double visage est la seule trace de la confusion qui régnait jusqu’alors.

En résumé

Janus est un dieu pacifique, généralement classé hors du panthéon romain (c’est un dieu local et non cosmogonique), mais puissant et protecteur. Sa fonction de portier et de dieu des commencements en font un dieu essentiel de toute cérémonie, à commencer par celle qui ouvre l’année. C’est cet aspect du dieu qu’on retient le plus souvent, contrairement à sa capacité de voir le passé comme l’avenir. Mais dans tous les cas, il est lié au passage, du temps comme de l’espace.

Sources :

Janus aux deux visages, sur le blog de la Grange du Cherchant

L’article consacré à Janus, sur Wikipédia

Les Fastes, d’Ovide, œuvre en ligne traduite par A.-M. Boxus et J. Poucet (2004)

10 reflexions sur “Janus, le dieu aux deux visages

    1. Gwenn Auteur de l'article

      Pas à ma connaissance (qui reste malgré tout limitée 😉 ). L’un est un messager et l’autre un gardien/portier, leurs fonctions ne sont pas exactement les mêmes. Mercure est également présent dans toute la culture romaine, tandis que Janus est plus « local » (la ville de Rome).

  1. MC

    Merci de votre article très bien conçu. Une petite faute « il y fonda » et non « il y fondit » passé simple de fonder pour le premier et fondre pour le deuxième

  2. monique luce -rothlender

    je me suis interessée au mythes grecque depuis quelques années,et chercher les mythes latines maintenant je découvre les mythes romaines,merci d’avoir publié ces notions ,cela ma permis de mieux compren
    dre les mythes.bravo a vous et merci

    1. Gwenn Auteur de l'article

      Merci à vous pour votre visite et ce commentaire ! Vous devriez trouver la mythologie romaine intéressante si vous aimez la mythologie grecque, elles sont assez proches (puisque l’une s’est laaaaargement inspirée de l’autre ! 😉 )

  3. Tiffany Pérez

    J’avais pas vu cet article, très bien fait, plein de réponses et de découvertes. Merci de l’avoir écrit suite à notre petit conversation. Sourire.

    1. Gwenn Auteur de l'article

      Ecoute, quand j’ai l’occasion d’apprendre de nouvelles choses, qui sont tout à fait adaptées à ce blog, il n’y a pas de raisons que je n’en parle pas 😉

      Bisous

    1. Gwenn Auteur de l'article

      En effet, il fait aujourd’hui partie de ces dieux qu’on oublie, mais qui étaient incontournables à l’époque, car le lien entre le peuple et les autres dieux majeurs. Je suis contente d’avoir pu en parler pour ouvrir ce monde de la mythologie romaine, il tombait très à propos.

Laisser un commentaire