Le lac du Forez

Le Forez (prononcez « forè », le « z » est muet) est situé dans le département de la Loire, entre le massif central et les monts du Lyonnais, à l’ouest de Lyon. Pourquoi je vous parle de cette région, précisément ? Parce que c’est là où j’ai grandi… Après des années de déménagements fréquents, ma famille s’est posée à Montbrison, au cœur du Forez et à une trentaine de kilomètres au nord de Saint Etienne, alors que j’avais sept ans. C’était la première fois que je vivais plus de trois ans au même endroit. Donc, forcément, un certain attachement est né pour la plaine du Forez et les monts environnants.

Carte du Forez

Carte des provinces du Lionnois, Forest et Beaujolois, 1633 (Le Forez (Forest) est la partie centrale. Attention, le Nord est à gauche)

Au collège, j’ai découvert au CDI (centre de documentation et d’information, la petite bibliothèque du collège) un roman local qui devait remonter aux années 1960 à 1980, qui traitait d’une légende : selon le roman, il y a bien des siècles, jusqu’à l’arrivée des romains avec les armées de César, le Forez n’était pas la plaine verdoyante et bien irriguée que l’on connait aujourd’hui.

C’était un lac.

Pour preuve, les sédiments lacustres qu’on retrouverait encore régulièrement dans la plaine, les nombreux marais, étangs, cours d’eau, mais aussi et surtout, dans la conscience collective des Foréziens, les anneaux de fer posés sur des jetées, elles-même situées à flanc des différentes hauteurs de la plaine : le pic de Saint Romain le Puy, Montverdun…

On ne connait pas de témoignages directs sur la présence de ces anneaux qui auraient servi à attacher des bateaux ou des barques, mais ceux qui connaissent la légende connaissent aussi quelqu’un qui les aurait vu.

La légende

La légende était très forte à une époque, et très discutée dans les cercles d’érudits. Mais deux frères ont diffusé cette légende au niveau national : Anne et Honoré d’Urfé, le premier (oui, c’est un homme) étant poète et le second écrivain, auteur notamment de l’Astrée, un roman pastoral qui se déroule justement en Forez, sa région natale. Dans ce roman, c’est une nymphe, Galathée, qui raconte à un étranger, Céladon, la légende :

En des temps anciens, cette contrée que l’on nomme aujourd’hui Forez était couverte d’eau, et il n’y avait que les montagnes que vous voyez alentours qui étaient découvertes, hormis quelques pointes au milieu de la plaine, comme l’écueil du bois d’Isoure et de Montverdun, de sorte que les habitants demeuraient tous sur le haut des montagnes.

astrée tapisserie

Galathée et Céladon, dans l’Astrée (tapisserie, Bâtie d’Urfé, Loire)

Selon Galathée, il en fut ainsi jusqu’à l’arrivée des romains. Anne d’Astrée partage la même théorie dans ses différents écrits, et notamment dans sa Description du pays du Forez.

La légende est simple :

Le lac envahissait la plaine, et les Ségusiaves, la peuplade gauloise qui vivait alors là, s’étaient installés sur les montagnes alentours. Ils pêchaient beaucoup, le lac étant grand (d’une chaîne de montagne à l’autre, la plaine fait bien vingt kilomètres de large).

Le point de la légende qui m’avait marqué concernait ces bateaux. Pour pouvoir retrouver leur chemin même quand la brume était levée, les pêcheurs s’en référaient à la figure de proue installée sur chacun des bateaux. Cette petite figurine de métal (de cuivre, dans la légende) indiquait en permanence, grâce à son doigt tendu, la direction du port, comme une boussole qui s’orienterait sur le village gaulois et non sur le Nord.

Le livre que j’avais lu au collège partait de la découverte aujourd’hui d’une de ces statuettes par un adolescent, et sa quête à la découverte de la légende.

Les Romains, en arrivant dans la région, créèrent sur les ordres de César une brèche au nord du lac, laissant s’écouler les eaux que les montagnes retenaient. C’est ainsi que la plaine du Forez apparut, couverte d’étangs, de mares et de marécages. Les Romains s’installèrent au Forum Segusiavorum, qui est aujourd’hui la ville de Feurs (prononcez « feur », le « s » est muet), et dont est tiré le nom du Forez.

Pour preuve que ce sont les Romains qui ont en premier habité la plaine, le premier village porterait le nom même de Jules César (Jullieu).

L’Histoire

Mais les Romains détestaient la région, beaucoup trop marécageuse à leur goût. D’ailleurs, les voies romaines se trouvent toutes en hauteur, sur les différents monts qui entourent la plaine, et dont on découvre petit à petit les portions.

Les gaulois ont bien habités dans la plaine, qui était sèche à leur arrivée, environ deux siècles avant les romains. Malheureusement donc, pas de bateau de pêche ni d’anneaux placés bien trop hauts même pour une crue de la Loire.

Cependant, la légende, comme toutes les légendes, se base sur un fond de vérité. Le Forez était bien un lac… mais à l’ère tertiaire, plusieurs millions d’années avant l’arrivée de l’homme dans la région. Depuis, il s’était asséché, laissant les étangs et marais, et surtout la Loire.

La question qui se pose alors est : comment des peuples arrivés bien après son assèchement purent connaître la présence de ce lac, et l’intégrer dans les légendes locales ? L’Histoire ne peut pas tout raconter.

Et vous, connaissez-vous de telles légendes, sur votre région, qui racontent le changement radical d’écosystème ? Si vous habitez vous aussi dans le Forez, connaissiez-vous cette légende ? En avez-vous entendu une version plus complète ?

N’hésitez pas à commenter !

9 reflexions sur “Le lac du Forez

  1. XS

    Salut j’aimerais beaucoup savoir où vous avez trouvé cette carte du forez médiévale, car c’est exactement ce que je recherche en ce moment.

    Merci d’avance 🙂

    XS

    1. Gwenn Auteur de l'article

      Bonjour !

      C’est une image que j’ai trouvé dans cette définition en creative commons quelque part sur le web. Je n’ai malheureusement pas de plus grand plan. Mais vous pouvez trouver une vraie carte (imprimée) dans des boutiques médiévales. Vous en trouvez dans beaucoup de grandes villes. Sur Lyon, je connais Mandragore, qui propose justement de ces cartes anciennes de différentes régions de France, sur du papier de type velum.

      Cela correspond à ce que vous vouliez ?

  2. Audrey

    salut !!
    Ca fait bizarre de voir un article sur notre petite région du Forez !

    je me permet de noter une petite erreur (enfin je pense) :
    Les Romains s’installèrent au Forum Segusiavorum, qui est aujourd’hui la fille de Feurs (ca ne serait pas la « ville » de Feurs?)

    Et sinon, j’avais lu un bouquin qui indiquait que « Montbrison » venait de « Mont brisé », ca doit venir de la légende dont tu parles. Le livre venait du CDI aussi, et il s’appelait « Les yeux du lac » je crois, mais je n’ai jamais réussi à le retrouver (et pourtant j’ai cherché!)

    Et voila ma (très) petite participation à ton blog !!

    1. Gwenn Auteur de l'article

      rhoo la « fille »… Tu as raison, je vais corriger ça tout de suite ! Merci pour ton œil de lynx 🙂
      J’avais lu ailleurs que Montbrison dérivait d’une déesse, la déesse de la paresse et du sommeil chez les Gaulois (je ne me souviens plus de son nom exact, et je m’en voudrais de l’écorcher), et qu’il y avait en Forez une sorte d’indolence permanente qui aurait valu aux Foréziens le surnom de « ventres jaunes », parce qu’ils passeraient le temps allongés sur le dos au soleil… 🙂
      Mais oui, officiellement, c’est « Mont Brisé ». C’est en tout cas ce que j’ai appris à l’école.
      Les Yeux du Lac ? ça ne me dit rien, mais c’est peut-être le livre que je cherche… Je vais faire une petite recherche. Merci pour la piste !

      1. Suryquois

        Mont Brisé est le nom donné à Montbrison après la Terreur, quand la ville soutenu la Contre-Révolution. En tout cas jamais entendu que le nom de Montbrison venait de Mont Brisé, mais je peux me tromper.

  3. Drenagoram Auteur de l'article

    J’aime bien les Terres de Légendes ,
    Les Songes y viennent par la Lisière ,
    Conter l’Histoire dans la Forêt ,
    Parler des Temps comme à l’Orée ,
    Où tout un Monde était Vivant ,
    Au bord d’une Onde , dans la Lumière ,
    On pouvait lors , au long s’étendre ,
    Ecouter las les Rêves du Bois ,
    L’Arbre en Murmure était une Fois ,
    Et Dame Nature tout un Printemps.
    NéO~

    1. Gwenn Auteur de l'article

      J’aime aussi ces terres de légendes, pour ce qu’elles ont à nous raconter, et les rêves qu’elles inspirent.
      Juste une précision, je ne sais pas si c’était clair pour toi, parce que tu aimes les arbres et ce qu’ils ont à nous enseigner :
      Forez n’a rien à voir avec « forêt ». En fait, le nom même de Forez est né à un moment où il y avait très peu de forêts par chez nous. Ce n’est plus le cas maintenant, nos hauteurs sont couvertes d’arbres, et de nombreux bois parsèment la plaine, mais le nom est resté.
      Ici, ce serait plus les roches et les eaux, qu’elles soient vives ou calmes, qui nous soufflent les légendes, en tout cas celle-ci. 🙂

      1. Drenagoram Auteur de l'article

        C’est claire comme de l’Haut de Roche ,
        Tout les Lieux Dits ont une Source ,
        Et l’eau de Vie nous vient de Mère .
        Les Bonnes Raisons en sont l’Approche ,
        Les Termes Jadis d’autres Ressources 🙂
        Belle Nuit en Forez.
        NéO~

Laisser un commentaire