Le Monde Germanique / Les frères Grimm

Les six frères cygnes

A la maison, quand j’étais petite, on avait plusieurs recueils de contes : ceux des frères Grimm, en deux tomes bleus (je suis incapable de me souvenir de l’édition), Andersen, que j’avais reçu en cadeau parce que j’avais lu tous les contes de Grimm, et je crois Perrault, sauf si je les ai découvert plus tard. Entre ces collections de contes et les films de Disney qu’on voyait chaque année pendant les fêtes de fin d’année, comme un rituel familial, nous avons, mes sœurs et moi, été élevées aux contes traditionnels. C’est peut-être ce qui m’a intéressée aux légendes dans leur sens le plus large, et qui m’a ouvert, avec quelques années d’écart, à la mythologie.

Je n’ai jamais voulu séparer ces deux domaines littéraires et culturels. Certes, l’un relève plus du folklore tandis que l’autre touche à une certaine forme de religion, mais ce qui m’intéressait avant tout, c’était la créativité des conteurs, narrateurs et « historiens » pour parvenir à édifier les bonnes gens dans leurs palais ou leurs chaumières. Sans compter la magie et les créatures merveilleuses ;)

Alors aujourd’hui, je vais m’attaquer à ce grand monument que sont les contes de Grimm. Et je vais commencer par un de ceux qui m’a le plus marqué. Je ne sais pas si c’est un des plus connus ou non, mais j’ai retrouvé plusieurs fois ce thème dans des mondes complètement différents, ne serait-ce qu’en Irlande, avec les enfants de Lir, même s’ils n’ont pas connu la même fin heureuse que les sept frères et sœur dont je vais aborder l’histoire à présent :

Les Six Cygnes (© ABY Illustratrice)

Un jour, un roi chassait dans une grande forêt. Et il y mettait tant de cœur que personne, parmi ses gens, n’arrivait à le suivre. Quand le soir arriva, il s’arrêta et regarda autour de lui. Il s’aperçut qu’il avait perdu son chemin. Il chercha à sortir du bois, mais ne put y parvenir. Il vit alors une vieille femme au chef branlant qui s’approchait de lui. C’était une sorcière.

- Chère dame , lui dit-il , ne pourriez-vous pas m’indiquer le chemin qui sort du bois ?

- Oh ! si, monsieur le roi, répondit-elle. je le puis. Mais à une condition. Si vous ne la remplissez pas, vous ne sortirez jamais de la forêt et vous y mourrez de faim.

- Quelle est cette condition ? demanda le roi.

- J’ai une fille, dit la vieille, qui est si belle qu’elle n’a pas sa pareille au monde. Elle mérite de devenir votre femme. Si vous en faites une reine, je vous montrerai le chemin.

Le roi avait si peur qu’il accepta et la vieille le conduisit vers sa petite maison où sa fille était assise au coin du feu. Elle accueillit le roi comme si elle l’avait attendu et il vit qu’elle était vraiment très belle. Malgré tout, elle ne lui plut pas et ce n’est pas sans une épouvante secrète qu’il la regardait. Après avoir fait monter la jeune fille auprès de lui sur son cheval, la vieille lui indiqua le chemin et le roi parvint à son palais où les noces furent célébrées.

Le roi avait déjà été marié et il avait eu de sa première femme sept enfants, six garçons et une fille, qu’il aimait plus que tout au monde. Comme il craignait que leur belle-mère ne les traitât pas bien, il les conduisit dans un château isolé situé au milieu d’une forêt. Il était si bien caché et le chemin qui y conduisait était si difficile à découvrir qu’il ne l’aurait pas trouvé lui-même si une fée ne lui avait offert une pelote de fil aux propriétés merveilleuses. Lorsqu’il la lançait devant lui, elle se déroulait d’elle-même et lui montrait le chemin.

Le roi allait cependant si souvent auprès de ses chers enfants que la reine finit par remarquer ses absences. Curieuse, elle voulut savoir ce qu’il allait faire tout seul dans la forêt. Elle donna beaucoup d’argent à ses serviteurs. Ils lui révélèrent le secret et lui parlèrent de la pelote qui savait d’elle-même indiquer le chemin. Elle n’eut de cesse jusqu’à ce qu’elle eût découvert où le roi serrait la pelote. Elle confectionna alors des petites chemises de soie blanche et, comme sa mère lui avait appris l’art de la sorcellerie, elle y jeta un sort.

Un jour que le roi était parti à la chasse, elle s’en fut dans la forêt avec les petites chemises. La pelote lui montrait le chemin. Les enfants, voyant quelqu’un arriver de loin, crurent que c’était leur cher père qui venait vers eux et ils coururent pleins de joie à sa rencontre. Elle jeta sur chacun d’eux l’une des petites chemises et, aussitôt que celles-ci eurent touché leur corps, ils se transformèrent en cygnes et s’envolèrent par-dessus la forêt. La reine, très contente, repartit vers son château, persuadée qu’elle était débarrassée des enfants. Mais la fille n’était pas partie avec ses frères et ne savait pas ce qu’ils étaient devenus.

Le lendemain, le roi vint rendre visite à ses enfants. Il ne trouva que sa fille.

- Où sont tes frères ? demanda-t-il.

- Ah ! cher père, répondit-elle, ils sont partis et m’ont laissée toute seule.

Elle lui raconta qu’elle avait vu de sa fenêtre comment ses frères transformés en cygnes étaient partis en volant au-dessus de la forêt et lui montra les plumes qu’ils avaient laissé tomber dans la cour. Le roi s’affligea, mais il ne pensa pas que c’était la reine qui avait commis cette mauvaise action. Et comme il craignait que sa fille ne lui fût également ravie, il voulut l’emmener avec lui. Mais elle avait peur de sa belle-mère et pria le roi de la laisser une nuit encore dans le château de la forêt.

La pauvre jeune fille pensait : « je ne resterai pas longtemps ici, je vais aller à la recherche de mes frères. » Et lorsque la nuit vint, elle s’enfuit et s’enfonça tout droit dans la forêt. Elle marcha toute la nuit et encore le jour suivant jusqu’à ce que la fatigue l’empêchât d’avancer. Elle vit alors une hutte dans laquelle elle entra ; elle y trouva six petits lits. Mais elle n’osa pas s’y coucher. Elle se faufila sous l’un deux, s’allongea sur le sol dur et se prépara au sommeil.

Mais, comme le soleil allait se coucher, elle entendit un bruissement et vit six cygnes entrer par la fenêtre. Ils se posèrent sur le sol, soufflèrent l’un sur l’autre et toutes leurs plumes s’envolèrent. Leur peau apparut sous la forme d’une petite chemise. La jeune fille les regarda bien et reconnut ses frères. Elle se réjouit et sortit de dessous le lit. Ses frères ne furent pas moins heureux qu’elle lorsqu’ils la virent. Mais leur joie fut de courte durée.

- Tu ne peux pas rester ici, lui dirent-ils, nous sommes dans une maison de voleurs. S’ils te trouvent ici quand ils arriveront, ils te tueront.

- Vous ne pouvez donc pas me protéger ? demanda la petite fille.

- Non ! répondirent-ils, car nous ne pouvons quitter notre peau de cygne que durant un quart d’heure chaque soir et, pendant ce temps, nous reprenons notre apparence humaine. Mais ensuite, nous redevenons des cygnes.

La petite fille pleura et dit :

- Ne pouvez-vous donc pas être sauvés ?

- Ah, non, répondirent-ils, les conditions en sont trop difficiles. Il faudrait que pendant six ans tu ne parles ni ne ries et que pendant ce temps tu nous confectionnes six petites chemises faites de fleurs. Si un seul mot sortait de ta bouche, toute ta peine aurait été inutile.

Et comme ses frères disaient cela, le quart d’heure s’était écoulé et, redevenus cygnes, ils s’en allèrent par la fenêtre.

La jeune fille résolut cependant de sauver ses frères, même si cela devait lui coûter la vie. Elle quitta la hutte, gagna le centre de la forêt, grimpa sur un arbre et y passa la nuit. Le lendemain, elle rassembla des fleurs et commença à coudre. Elle n’avait personne à qui parler et n’avait aucune envie de rire. Elle restait assise où elle était et ne regardait que son travail. Il en était ainsi depuis longtemps déjà, lorsqu’il advint que le roi du pays chassa dans la forêt et que ses gens s’approchèrent de l’arbre sur lequel elle se tenait . Ils l’appelèrent et lui dirent :

- Qui es-tu ?

Elle ne répondit pas.

- Viens, lui dirent-ils, nous ne te ferons aucun mal.

Elle secoua seulement la tête. Comme ils continuaient à la presser de questions, elle leur lança son collier d’or, espérant les satisfaire. Mais ils n’en démordaient pas. Elle leur lança alors sa ceinture ; mais cela ne leur suffisait pas non plus. Puis sa jarretière et, petit à petit, tout ce qu’elle avait sur elle et dont elle pouvait se passer, si bien qu’il ne lui resta que sa petite chemise. Mais les chasseurs ne s’en contentèrent pas. Ils grimpèrent sur l’arbre, se saisirent d’elle et la conduisirent au roi. Le roi demanda :

- Qui es-tu ? Que fais-tu sur cet arbre ?

Elle ne répondit pas. Il lui posa des questions dans toutes les langues qu’il connaissait, mais elle resta muette comme une carpe. Comme elle était très belle, le roi en fut ému et il s’éprit d’un grand amour pour elle. Il l’enveloppa de son manteau, la mit devant lui sur son cheval et l’emmena dans son château. Il lui fit donner de riches vêtements et elle resplendissait de beauté comme un soleil. Mais il était impossible de lui arracher une parole. A table, il la plaça à ses côtés et sa modestie comme sa réserve lui plurent si fort qu’il dit :

- Je veux l’épouser, elle et personne d’autre au monde.

Au bout de quelques jours, il se maria avec elle. Mais le roi avait une mère méchante, à laquelle ce mariage ne plaisait pas. Elle disait du mal de la jeune reine. « Qui sait d’où vient cette folle, disait-elle. Elle ne sait pas parler et ne vaut rien pour un roi. » Au bout d’un an, quand la reine eut un premier enfant, la vieille le lui enleva et, pendant qu’elle dormait, elle lui barbouilla les lèvres de sang. Puis elle se rendit auprès du roi et accusa sa femme d’être une mangeuse d’hommes. Le roi ne voulut pas la croire et n’accepta pas qu’on lui fit du mal. Elle, cependant, restait là, cousant ses chemises et ne prêtant attention à rien d’autre.

Lorsqu’elle eut son second enfant, un beau garçon, la méchante belle-mère recommença, mais le roi n’arrivait pas à la croire. Il dit : « Elle est trop pieuse et trop bonne pour faire pareille chose. Si elle n’était pas muette et pouvait se défendre, son innocence éclaterait. » Mais lorsque la vieille lui enleva une troisième fois son enfant nouveau-né et accusa la reine qui ne disait pas un mot pour sa défense, le roi ne put rien faire d’autre que de la traduire en justice et elle fut condamnée à être brûlée vive.

Quand vint le jour où le verdict devait être exécuté, c’était également le dernier des six années au cours desquelles elle n’avait le droit ni de parler ni de rire et où elle pourrait libérer ses frères chéris du mauvais sort. Les six chemises étaient achevées. Il ne manquait que la manche gauche de la sixième. Quand on la conduisit à la mort, elle plaça les six chemises sur son bras et quand elle fut en haut du bûcher, au moment où le feu allait être allumé, elle regarda autour d’elle et vit que les six cygnes arrivaient en volant. Elle comprit que leur délivrance approchait et son cœur se remplit de joie.

Les cygnes s’approchèrent et se posèrent auprès d’elle de sorte qu’elle put leur lancer les chemises. Dès qu’elles les atteignirent, les plumes de cygnes tombèrent et ses frères se tinrent devant elle en chair et en os, frais et beaux. Il ne manquait au plus jeune que le bras gauche. À la place, il avait une aile de cygne dans le dos. Ils s’embrassèrent et la reine s’approcha du roi complètement bouleversé, commença à parler et dit :

- Mon cher époux, maintenant j’ai le droit de parler et de te dire que je suis innocente et que l’on m’a faussement accusée.

Et elle lui dit la tromperie de la vieille qui lui avait enlevé ses trois enfants et les avait cachés. Pour la plus grande joie du roi, ils lui furent ramenés et, en punition, la méchante belle-mère fut attachée au bûcher et réduite en cendres. Pendant de nombreuses années, le roi, la reine et ses six frères vécurent dans le bonheur et la paix.

Les Cygnes blancs (Kay Nielsen)

Crédits :

Les Six Cygnes : illustration d’ABY, illustratrice, graphiste et photographe, qui fait de superbes illustrations sur les contes (son site)

Les Cygnes Blancs : illustration de Kay Nielsen, Fleur-de-Neige et d’autres contes de Grimm, un choix de contes traduits par Charles Guyot. Paris, L’Edition d’art Henri Piazza, 1929 (Source : BNF)

3 commentaires

  1. Voià un Conte de Toute Beautée ,
    Dans la Ligne Droite des Yeux de Lir ,
    L’Etrange Ici vient de Reflets ,
    Six Frères font Cygnes en Point de Mire .
    ~
    D’une Vanité vient le Bûcher ,
    Faire la Morale pour Belle Mère ,
    En bon Ménage nul doit s’Hâter ,
    A Tout Saper d’une Froide Colère.
    ~
    Belle Soirée .

Laisser un commentaire