Le Monde Gréco-Romain / Le Monde Romain

Les Ides de Mars

J’ai été surprise, il y a quelques jours, en voyant sur le mur Facebook d’un ami américain, pas particulièrement versé dans la mythologie et l’Histoire, publier un statut rappelant que le 15 mars, on célébrait les Ides de Mars sous l’empire romain.

Je me suis alors rendue compte que oui, la plupart d’entre nous connaissent ce terme, des Ides de Mars, sans pour autant savoir à quoi il se rapporte. Cet ami mentionnait dans son statut l’évènement qui a fait que ces Ides sont entrées dans l’Histoire, et qu’on s’en souvient tous, même si on a oublié pourquoi : l’assassinat de Jules César.

Les Anglo-Saxons, surtout ceux versés dans la littérature (comme cet ami, étudiant entre autres en creative writing, l’écriture, qui est considérée aux Etats-Unis comme un art à étudier, comme le cinéma, la danse, la peinture…), ont souvent connaissance de cette date particulière, entre autres grâce à Shakespeare et sa pièce, Julius Caesar.

Une simple recherche des Ides de Mars nous renvoie à cet évènement historique : la mort du dictateur romain qui a conquis presque tout le pourtour de la Méditerranée. Je ne vais donc pas m’attarder sur l’évènement historique en lui-même, vous trouverez sans aucune difficulté pléthore d’informations.

Mais je vais voir avec vous d’où vient ce terme des Ides, et ce qu’il représentait réellement dans le quotidien des Romains. Très peu savent en effet qu’on célébrait les Ides chaque mois, les 15 de mars, mai, juillet et octobre, et le 13 des autres mois.

Représentation d’un calendrier romain (Antium, -60). On y voit au milieu de chaque mois le mot « EIDUS », pour les Ides.

Le rythme lunaire

Le terme « ides » vient de iudare, qui signifie « diviser », en latin. Ce terme pourrait lui-même venir de l’étrusque, la langue du peuple ayant précédé les Romains dans la péninsule ou du sabin (il faudra que je vous raconte un jour l’enlèvement des Sabines).

Les ides divisent le mois en deux parties égales. On pense qu’elles étaient au début alignées sur la pleine lune, les premières ébauches du calendrier romain étant basées sur les cycles lunaires, mais au fil des réformes et des évolutions du calendrier, cela a changé et c’est devenu un jour fixe, séparant le mois en deux.

En souvenir de ce rythme lunaire, les prêtres sacrifiaient un mouton à Jupiter, porteur de lumière, à chaque Ide.

L’année pérenne

Les Ides sont souvent prétexte à une fête, le plus souvent païenne. Si vous suivez ce blog depuis un moment, vous connaissez déjà forcément une fête éminemment populaire chez les Romains, qui se déroulent lors des Ides, de Février cette fois : les Lupercales, l’ancêtre de notre Saint Valentin.

Les Ides de Mars sont elles dédiées pour certains… au dieu Mars, le féroce dieu guerrier, mais pour d’autres, c’est l’occasion d’une fête qui annonce celles du printemps : le festin d’Anna Perenna.

C’est Ovide, dans ses Fastes, qui raconte l’origine (multiple, vous le verrez) d’Anna Perenna.

Une des versions relatées par Ovide explique qu’Anna était assimilée à la Lune ou à une nymphe, et qu’elle vint en aide à la plèbe rassemblée sur le Mont Sacré pour se protéger. Les gens commençaient à mourir de faim. Anna, une vieille femme de Bovillae, dans les faubourgs de Rome, leur distribuait tous les matins des galettes. Elle les sauva, et ils érigèrent une statue en son honneur.

De là venait sans doute la coutume de boire énormément, car chaque verre bu ce jour là était un jour de faste dans l’année à venir.

L’autre version, beaucoup plus ancrée dans la mythologie, raconte qu’Anna Perenna était la sœur de Didon, la reine au destin tragique de Carthage. Trois ans après la mort de Didon, elle s’enfuit de Carthage et trouve refuge chez Battus, roi de l’île de Mélitè. Son repos est de courte durée cependant, car son frère Pygmalion a des vues sur l’île et sur la jeune femme, et Battus refuse de l’affronter. Anna s’enfuit donc une nouvelle fois en compagnie de son équipage.

Elle arrive cette fois au royaume d’Enée, qui a malgré lui joué un rôle tragique dans la mort de la reine Didon. Emu au souvenir de la reine, et peiné par son suicide, qu’il n’attendait pas, il presse Anna d’accepter son accueil. Il la présente à sa femme Lavinia, grâce à qui il a reçu ce royaume, et lui enjoint de considérer Anna comme une sœur.

Mais Lavinia est jalouse des attentions (imaginaires) d’Enée envers Anna et fomente pour la tuer, et se tuer elle-même. Anna est prévenue dans la nuit par le fantôme de sa sœur et s’enfuit de la demeure. Dans sa fuite, elle tombe dans le  Numicius et s’y noie. Mais le fleuve la transforme en nymphe :

Le fleuve complice contint le bruit de ses eaux ;
on crut l’entendre, elle : « Je suis la nymphe du paisible Numicius ;
cachée dans le fleuve au cours pérenne, on m’appelle Anna Perenna ».

(Ovide, Les Fastes, Livre 3)

Depuis, on célèbre Anna Perenna dans « les flots de vin« .

Le début de l’année ?

Les Ides de Mars étaient d’ailleurs au début de nombreux cycles annuels : le consulat, notamment, commençait son année à  cette période, avant de décaler cette « rentrée »  en -153 au premier jour de janvier, en faisant ainsi le premier jour de l’année.

On retrouve ce rythme de début d’année placé courant mars dans de nombreuses civilisations. La plupart se basaient sur l’équinoxe du printemps, qui vient généralement le 20 ou le 21 mars, mais les Romains n’accordaient pas d’importance aux équinoxes (mais organisaient des célébrations aux solstices, comme les Saturnales en hiver). La pleine lune de Mars, après celle très froide de février, devait sans doute être un bon repère pour commencer une nouvelle année prospère, jusqu’à ce qu’on déplace la date au premier janvier (avec la symbolique de Janus, qui ouvre les passages et les cycles).

D’ailleurs, l’équinoxe de printemps, c’est cette nuit. Alors pour ceux qui accordent plus d’importance à l’équinoxe qu’au curieux premier janvier, bonne année ;)

Source :

Les Fastes, Livre 3, Ovide

6 commentaires

  1. Merci ! très intéressant.

  2. Merci pour cet article sympa (et pour tous les autres encore ;) ).

  3. Bonne année alors, et que les ides te soient propices

    Christian

    • Merci !
      Je suppose qu’elles l’ont été, pour ce que je peux en dire pour l’instant :)
      Que cette année, quel que soit le début que tu lui donnes, te soit profitable à toi aussi :)

Laisser un commentaire