Solstice d'hiver : la lumière au coeur de la nuit

Cette nuit, c’est le solstice d’hiver : la nuit la plus longue de l’année. Depuis six mois, les nuits s’allongent sans cesse, jusqu’à l’apogée des ténèbres cette nuit, avant que les jours ne reprennent des forces et recommencent à prendre le dessus, pour les six prochains mois.

Ce cycle éternel a trouvé des échos dans de nombreuses civilisations, qui intégraient pour beaucoup les rythmes saisonniers dans leur calendrier religieux. Les Celtes ne font pas exception à la règle. Même si certainement Beltane et Samhain avaient beaucoup plus d’importance à leurs yeux, les solstices et les équinoxes avaient leur rôle à jouer.

On retrouve en Europe occidentale de nombreux sites (cercles de pierre, tumuli…) qui montrent que le solstice d’hiver avait de l’importance aux yeux des Celtes. Le plus célèbre d’entre tous est le tumulus de Newgrange, dans la vallée de la Boyne. Ces monuments pré-datent pour la grande majorité les Celtes, mais ils ont été utilisés, voire terminés, par ce peuple. Des fouilles archéologiques ont aussi permis de mettre en évidence dans certains d’entre eux la pratique de rituels anciens.

Solstice hiver Stonehenge

Aligné sur le solstice d’été et les équinoxes, Stonehenge fait néanmoins l’objet de célébrations, y compris au solstice d’hiver

Quand on sait l’importance de l’alternance des ténèbres et de la lumière pour les celtes, la valeur de ces solstices devient tout de suite évidente.

Chaque année, alors que les ténèbres menacent de rompre le cycle des saisons, le soleil renaît, comme un signe annonciateur du printemps qui viendra après les grands froids. Le solstice est donc une fête de la renaissance, mais aussi de l’espoir. C’est une fête très positive, destinée à redonner des forces avant d’affronter les grands froids de l’hiver, et à faire patienter avant le printemps qui viendra quelques mois plus tard.

Certains mouvements néo-druidiques et païens affirment que la fête du solstice d’hiver (ou Yule, avec différentes orthographes suivant l’origine ou la sensibilité) est la fête de la renaissance du soleil dans la Grande Roue du Temps : après sa mort à l’équinoxe d’automne, et sa conception à Samhain, il revient en ce monde par sa naissance de la Nature-Mère et va tranquillement grandir jusqu’à sa maturité au solstice d’été.

Que l’on croit ou pas en ces idées, on voit qu’elles véhiculent la même idée : la lumière d’espoir et de vie qui finit par l’emporter sur les ténèbres. On considère souvent que le solstice d’hiver est un bon moment pour l’apprentissage, la remise en question, la réflexion qui permettra un changement d’importance dans notre vie.

Les traditions concernant le solstice d’hiver nous viennent plus souvent des peuples du Nord (le nom de Yule est norois), et les celtes ont laissé peu de traces (qui ne soient pas soumises à trop de discussions) quant à la signification véritable de l’évènement pour eux et leur manière de le célébrer. On peut néanmoins supposer que l’interprétation spirituelle et religieuse qu’ils apportaient au solstice n’était pas très éloignée de celle qu’on connaît pour d’autres peuples. Avec des sites comme Newgrange, où le solstice d’hiver joue un rôle majeur, et dont on peut interpréter l’utilisation comme religieuse et initiatique, on peut deviner aujourd’hui la symbolique du solstice d’hiver pour les celtes.

Le solstice d hiver à Newgrange

Le solstice d’hiver entre dans la chambre de Newgrange

Après les fêtes du Nouvel An de Samhain, fortement associées à la mort, on peut logiquement penser que le solstice d’hiver est associé lui à la renaissance, du soleil, de la terre, et d’un nouveau cycle.

Cette année, nous sommes en plus gâtés : le solstice d’hiver est l’occasion d’assister à la dernière pleine lune de l’année, doublée d’une éclipse lunaire ! La combinaison de ces trois évènements n’arriverait que tous les cinq à six millénaires. L’éclipse lunaire ayant eu lieu ce matin, vers 8h30 (en France, on a pu assister au début de l’éclipse, son apogée ayant eu lieu quarante minutes plus tard, alors que le soleil était déjà levé), il est un peu tard pour en profiter, mais la pleine lune dure trois nuits, et le solstice a lieu ce soir.

Pour ceux qui s’intéressent aux cycles lunaires, je vous renvoie au très joli blog de Portraits de Lune, et plus particulièrement à l’article concernant la pleine lune de ce soir.

Et vous, quelles pensées vous inspire ce solstice d’hiver, que ce soit celui de cette année en particulier, ou la fête en elle-même, que l’on retrouve chaque année ?

2 reflexions sur “Solstice d'hiver : la lumière au coeur de la nuit

  1. nathalie

    Merci de ces qq explications! pourriez vous m’indiquer des ouvrages afin d’apprendre l’histoire des elfes, trolls… enfin la légende de cette fête paienne?
    très belle journée à vous

    1. Gwenn Auteur de l'article

      Des ouvrages ? Ah mais c’est qu’il y en a plein ! Pour les elfes, trolls, lutins, les plus connus en français sont sans doute les Grandes Encyclopédies de Pierre Dubois (une trilogie de livres), qui est un elficologue reconnu, mais il faut faire attention : à force de fréquenter ces petites créatures, il en a acquis l’esprit facétieux, et certaines créatures ou anecdotes sont purement issues de son imagination. Concernant la fête du solstice d’hiver, il n’y a pas de légende à proprement parler. Il y a des légendes qui évoquent le solstice d’hiver comme élément du récit, certainement d’autres qui en font un élément principal, mais le solstice d’hiver ne fait pas l’objet de légendes réellement, comme samhain et beltane. Sans doute parce que cette fête n’a jamais vraiment disparu. Aujourd’hui, dans notre monde moderne, c’est… Noël…

Laisser un commentaire