Imbolc, le renouveau celte

Hier, c’était le 1er février. Beaucoup d’entre vous pensent en ce moment à la Chandeleur, qui a lieu aujourd’hui, mais j’ai envie de remonter beaucoup plus loin dans le temps, bien avant l’ère chrétienne.

Le 1er février, c’était en Irlande celtique la fête d’Imbolc, que certains superstitieux ou mouvements néo-druidiques perpétuent aujourd’hui.

Imbolc

Imbolc et ses symboles : l’agneau, la croix de Brigid et les bougies

On a peu d’informations valables sur Imbolc. On sait cependant qu’elle était associée à la déesse Brigid, à qui l’on rendait hommage ce jour-là pour purifier les champs et apporter la fertilité.

Brigid est entre autres la déesse d’un avenir prospère, de la richesse du foyer. Il semble donc normal que la fête destinée à assurer la fertilité des champs lui soit consacrée. La date correspond à la période de l’année où les génisses et les brebis commencent à produire le lait nécessaire à leurs petits à naître sous peu.

On sait avec presque certitude que l’on défilait à l’époque entre les champs avec des chandelles, en appelant ainsi la générosité de la déesse. On organisait aussi un repas consacré, et on pendait des manteaux à l’extérieur de la maison, afin qu’ils reçoivent la bénédiction de Brigid lorsqu’elle circulerait dans les rues la nuit tombée avec sa vache laitière. Le manteau laissé ainsi bénéficierait de pouvoirs guérisseurs, qui deviendraient complets après 7 années consécutives.

Traditionnellement, et encore aujourd’hui en Irlande et en Ecosse, on fabrique aussi des Croix de Brigid avec des bouts de bois souple. Cette croix a des origines mystérieuses et certainement païennes, mais on dit que c’est Brigid elle-même qui l’aurait créée. On l’accroche dans les maisons, les granges ou autres, pour rechercher la protection de la déesse.

croix de Brigid

Un exemple de la traditionnelle croix de Brigid

Une autre tradition consiste à laisser les jeunes filles non mariées fabriquer une poupée de mais, la brideog, à l’effigie de Brigid. Ce que l’on fait de cette poupée varie selon les endroits : on porte par exemple la poupée de maison en maison, demandant un cadeau en échange de la bénédiction de Brigid. En Ecosse, pendant que les jeunes filles fabriquent la poupée, les vieilles femmes fabriquent un petit lit. La veille du festival, on y couche cérémonieusement la poupée. Accueillir ainsi la poupée est synonyme d’un accueil chaleureux envers la déesse qu’elle représente.

Quelles que soient les traditions, qui peuvent beaucoup changer d’un village à l’autre, on constate que toutes s’articulent autour des mêmes idées : l’hospitalité, la générosité et la fertilité. Ce sont les trois principales caractéristiques de cette déesse pacifique. Imbolc, à mi-chemin entre Samhain et Beltane, montre bien l’espoir que Brigid véhicule, celui d’une année riche et abondante. Sans être le début de l’année celtique – puisque c’est Samhain – Imbolc représente le renouveau avec l’arrivée des premières naissances dans le bétail, et les premiers rayons de soleil au cœur d’un hiver par endroits très rigoureux. C’est l’annonce du début du cycle de la lumière, qui remplace celui des ténèbres le temps d’un printemps et d’un été.

Laisser un commentaire