Comment Vieil Homme et Vieille Femme décidèrent que les hommes ne sont pas éternels

Je faisais des recherches d’illustrations pour mon article sur le lutin au rouet enchanté quand je suis tombée par hasard sur ce joli conte amérindien. Son seul point commun avec mon conte breton ? Parmi les personnages se trouve une vieille femme. Comme quoi, le vagabondage a parfois du bon… 🙂

Découvrez donc cette légende qui explique les origines des hommes, et pourquoi ils ne sont pas éternels :

When Grandfather Speaks (Huile sur toile d'Alfredo Rodriguez)

When Grandfather Speaks (Huile sur toile d’Alfredo Rodriguez)

Il y a bien longtemps, il n’y avait que deux personnes au Monde, Vieil Homme et Vieille Femme. Un jour, alors qu’ils voyageaient sur la Terre, Vieille Femme dit à Vieil Homme :

« Passons un accord, décidons de la manière dont les gens devront vivre lorsqu’ils viendront sur la terre.
-Eh bien, dit le Vieil Homme, je devrai avoir le premier mot en tout !
-Je suis d’accord avec toi, dit Vieille Femme, si bien sûr, je peux avoir le second mot sur tous les sujets. »

Alors, Vieil Homme commença à établir ses plans :

« Les femmes auront la tâche de tanner les peaux, elles devront les frotter pour les rendre souples, et les gratter ; elles devront faire ce travail rapidement, car ce ne sera pas un travail très dur.
-Non, dit Vieille Femme, je ne suis pas d’accord avec toi, elles devront tanner les peaux comme tu le dis, mais ce sera un travail très dur et les bonnes travailleuses devront être distinguées et honorées.
-Bien, dit Vieil Homme, nous laisserons les gens avoir des yeux et une bouche, placés selon une ligne droite descendante, sur leur visage, qui sera joli et net.
-Non, dit Vieille Femme, ne les plaçons pas comme cela, mettons bien les yeux et la bouche sur le visage comme tu l’as dit, mais disposons les en croix.
-Bien, dit Vieil Homme, les gens auront dix doigts à chaque main.
-Non, non, non, dit Vieille Femme, c’est beaucoup trop, ils devront avoir quatre doigts et un pouce à chaque main !  »

Et cela continua ainsi jusqu’à ce qu’ils aient décidé entièrement de la façon dont les gens vivraient sur la Terre.

« Que devons nous faire à propos de la vie et de la mort ?  » demanda Vieille Femme,  » Est-ce-que les gens seront éternels ou devront-ils mourir un jour ? »

Vieil Homme et Vieille femme eurent du mal à se mettre d’accord sur ce sujet. Mais finalement Vieil Homme dit:

« Je vais jeter une côte de bison dans la rivière. Si elle flotte sur l’eau, les gens seront morts pendant quatre jours puis reviendront à la vie. Si elle sombre, ils mourront et resteront morts. »

Alors, il lança la côte de bison dans l’eau et celle-ci flotta.

« Non, dit Vieille Femme, nous n’allons pas décider de cette façon, car les côtes de bison flottent toujours. Je vais jeter cette pierre dans l’eau. Si elle flotte, les gens resteront morts pendant quatre jours et reviendront à la vie. Si elle sombre, ils resteront morts pour toujours. »

Alors elle lança la pierre et elle sombra instantanément.

« Voila, dit-elle, c’est mieux pour les gens de mourir pour toujours. Si ils ne mourraient pas, ils ne seraient pas tristes lorsque leurs proches disparaissent et il n’y aurait plus de compassion dans le monde.
-Bien, répondit Vieil Homme, qu’il en soit ainsi ! »

Après quelques temps, Vieille Femme eut une fille, qui devint malade et mourut rapidement . Vieille Femme regretta amèrement d’avoir fait en sorte que les gens meurent pour toujours.

« Reparlons de cela, implora-t-elle en s’adressant à Vieil Homme.
-Non, répondit Vieil Homme, nous ne changerons pas ce qui a été décidé d’un commun accord !  »

Et donc, depuis ce jour, quand les gens meurent, ils restent morts pour toujours…

Sources :

D’après The Old Man and The Old Woman, via le blog Sur la piste rouge

Illustration : peinture d’Alfredo Rodriguez

Laisser un commentaire